Dans l’attente de résultats…

J’ai été moins présente depuis le dernier billet mais ce n’est pas qu’il ne s’est rien passé depuis ! ouf que j’ai eu des émotions et que mon cœur et mon corps en ont emmagasiné cette pression. J’ai dû ressortir mes outils anti-stress que je vante régulièrement pour calmer mon cher mental. Petite histoire courte, je me suis découvert une bosse sur un sein (qui fut un ganglion égaré), après un rv chez le médecin, rendez-vous à l’hôpital pour une mammographie et une échographie du sein d’urgence. On chiale souvent que c’est long les attentes a l’hôpital mais quand ça va vite, on est encore pas content… ouf le mental a eu plusieurs occasions de me faire flipper. J’avais des flashs de cancer, mort, des pics de colère et révolte… Malgré que je sois une personne positive et bien outillée, je peux vous dire que je me devais constamment mettre en pratique mon yoga, la méditation et les respirations en pleine conscience car les petites voix m’emportaient constamment dans le coté sombre de la peur et l’inquiétude. Oui oui j’ai allumé mon wifi plusieurs fois, croyez-moi! Et ca marche, j’ai tenté plusieurs connexions car j’avais souvent le signal faible. Je comprends mieux maintenant quand les gens vivent des échecs ou difficultés qu’ils peuvent voir la montagne devant eux comme impossible à gravir. Si je pouvais aider UNE personne avec ce texte, le partage aura atteint son objectif.

Le mental doit être géré, point final
Le corps enregistre nos états émotifs. C’est un fait. Je le vois à tous les jours avec mes clients qui vivent des périodes difficiles que ce soit la perte d’une personne chère, difficulté avec le travail ou en couple, perte de repère etc. Des corps qui prennent du temps à guérir, à se reposer, à lâcher prise, relâcher la pression et à faire confiance … dans l’attente de résultat .. j’en touche tous les jours. Et ca prends pas seulement une heure à délier. Nous devons soigner nos blessures de l’intérieur pour jouir d’une bonne qualité de vie. Un exemple classique : une personne qui ne s’épanouit pas dans son travail, avec un supérieur qui n’apprécie pas ses efforts et qui la rabaisse. Cette personne rentrera à la maison déprimée, avec de fréquents maux de tête, de l’insomnie… Cette situation de stress peut même provoquer des ulcères à l’estomac ou une dépression nerveuse. Moi ça sort en eczéma et psoriasis maintenant. Si on ne réagit pas, si on n’exprime pas tout haut ses pensées, son mal-être et ce qui nous blesse, on finira par tomber gravement malade.

Je pense que le fait d’être bien entouré aide énormément. Notre environnement nous aide à libérer nos peines refoulées, nos inquiétudes et nos peurs. Quand on est seul avec ses idées, il est facile de sombrer et de se croire. Ensemble on est plus fort. On ne peut pas non plus contrôler tous les évènements négatifs de notre vie, car celle-ci est un chemin qui se trace au fur et à mesure que l’on avance : rien n’est prévisible et la tranquillité n’est pas assurée. La bienveillance doit vous entourez. Vous devez la sentir, vous le méritez.

Il n’y a pas d’âge non plus, on doit simplement utiliser et développer nos armes et notre capacité à faire face. Sans jugement, je pense qu’il est normal de se sentir angoissé et d’avoir peur mais il faut que ce soit passager. On ne peut garder le niveau trop élevé de stress longtemps car notre corps finira par se plaindre et sera plus vulnérable face aux maladies. Les peines doivent être soignée et cicatrisée pour avancer sainement. Ouvrir les portes du bonheur dépend de nous seulement. On décide d’être heureux. Notre joie de vivre repose sur notre volonté profonde. Personne ne peut le faire à notre place. Si tu veux quelque chose ne blâme pas les autres, lève-toi.

Merci a mon entourage qui demande de mes nouvelles, je me sens privilégié d’être aussi bien entourée. Si un jour, vous devez traverser un brouillard, sachez qu’il y a toujours du soleil après la pluie. Et que ça prend de la pluie pour faire pousser le plus beaux des jardins.

Soyez votre virage 180

2 thoughts on “Dans l’attente de résultats…

  1. J’ignorais ce qui t’arrivait, mais même si c’est un peu tard, je t’envoi plein d’ondes positives et toute mon admiration d’être restée forte dans le doute et d’avouer ton insécurité!

    1. Merci Annie, heureusement j’ai eu plus peur que de mal, mais garder la tête en dehors de l’eau pendant cette incertitude m’a forcé a sortir mes outils antistressssss. toi ca va

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *